Fort comme un (Rug)Boeuf !

Et c’est avec plaisir que nous retrouvons notre équipe de rugby masculin préférée pour son premier match amical de la saison contre – roulements de tambour- Kedge. En fait, «amical », ce match l’était juste sur le papier.
Au début du jeu, rien n’était gagné. Pour tout dire c’était même plutôt mal parti. Bien que Sciences Po ait mis le premier essai, Kedge mène lors de la première et de la seconde mi-temps. Sur les bords du terrain, à ce moment-là, l’impression dominante, c’est que « c’est un peu le bordel », surtout coté rugboeuf.

« Troquer sa casquette contre des lunettes »

De plus, un changement d’arbitre intervient à mi-match. Celui-ci laisse passer de nombreuses fautes, notamment celles de Kedge. A se demander s’il ne ferait pas mieux de troquer sa casquette contre des lunettes. Coté supporter, les critiques fusent : « l’arbitre est payé !… Il est de Kedge ! ». Les rugboeufs rentrent au contact, les mêlées s’enchainent rapidement.
Tout bascule au troisième tiers-temps. L’endurance des rugboeufs leur permet de saisir les chances que Kedge leur laissent. Les rugboeufs gagnent de plus en plus de terrain, sur les touches comme sur les mêlées. En défense, les plaquages se succèdent. Kedge est fatiguée.
Une nouvelle dynamique de groupe est trouvée, et les rugboeufs marquent, un second, un troisième essai. L’égalité est une première fois atteinte. Un débordement de Kedge sur l’aile de Sciences Po surprend pourtant les rugboeufs. Mais en toute fin de match, les rugboeufs trouvent le temps et l’espace nécessaires pour mettre le dernier essai de la rencontre.
Et le match se finit sur un très beau 20-20 final, et l’impression que cette année encore, tous les espoirs sont permis –le Crit de l’an passé étant encore dans tous les esprits-. C’était fort, c’était du rugby. Est encore à retenir de cette rencontre sportive la très belle action sportive d’un certain S. L., qui –je cite un supporter aguerri- « a réussi l’exploit de faire une chandelle arrivée derrière lui ».
Point de débats techniques entre nous, chers lecteurs, et nous les laissons méditer en équipe là-dessus. Enfin pas tout de suite, parce qu’après l’effort, le réconfort, et nous avons laissé nos rugboeufs prendre une douche et filer tous ensemble pour festoyer autour d’un repas portugais et vitaminé. Le cœur du rugboeuf balançant toujours –ne l’oublions jamais- entre la franschesina et le kiwi.

M.L

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *