Garonne-States Warriors : un adversaire de taille.

Gros suspens ce lundi soir lors de la finale du CU de basket masculin à François Bordes. Dopage, physiques non homologués et erreurs à la marque, nos basketteurs peuvent avoir des regrets face à un adversaire certes supérieur en taille mais… Mais bon.

Le match démarre gentiment, les Garonne-States Warriors prennent l’eau mais remontent vite avec la spécialité du soir : le tir à deux points avec la faute (« and one » pour les intimes). Les hommes de Kedge sont massifs mais le temps d’apprendre les règles il est déjà trop tard… Sciences po colle au score. À quelques secondes de la mi-temps, Kedge mène 16-13 mais Alexandre s’élance dans une ultime tentative transformée malgré une vilaine charge dans le dos. L’adversaire est récompensé d’une « faute anti-sportive » et Sciences Po sanctionne. 16-16, tout reste à faire.

Retour sur le terrain, nos basketteurs surfent sur cette dynamique et s’ensuit un match extrêmement serré. La pression monte, les spectateurs sont à cran, les esprits (de Kedge) s’échauffent, ce qui, de suite, leur fait prendre un ascendant non plus seulement physique mais aussi psychologique.

Un incident à la marque rend ce revirement de situation d’autant plus douteux que surprenant…

En effet, les adversaires, attirés par la lumière regardent le tableau d’affichage. Une lueur s’éveille dans leurs yeux et ils se mettent subitement à mieux jouer. Troublés, nos basketteurs subissent et se font distancer à quelques minutes du terme. Ils s’inclinent finalement 47-35, rageant.

Sournoiseries à deux sous, Francis intraitable et manque de Pau.

Tentative de meurtre juste avant la mi-temps, quelques vilains raffuts, adversaires clairement dopés et diversion à la table de marque, tout semblait réuni pour la défaite.

Kedge et ses joueurs, fourbes au point de ne pas paraître méchants, ont su profiter de la faille de sciencespistes momentanément désorientés pour creuser l’écart ! Nos Garonne-States Warriors atterrés devant un tel comportement ont su laisser la victoire avec mansuétude en cette veille de Noël à des adversaires au comportement enfantin.

De toute manière, la culture avant tout, nos basketteurs avaient à cœur de visiter Poitiers lors des prochains matches.

À noter que Francis à joué un rôle clé en face et nous sommes en droit de nous poser les questions suivantes : Sans Francis qu’aurait donné le rencontre face aux Garonne States Warriors ? Est-il normal de prendre autant de place dans un sport co ? Est-ce toujours un sport co avec Francis ? Sans Francis, co ?

A défaut de pont, c’est un barrage qu’il faudra franchir pour gagner le droit de se rendre à Poitiers. Ça motive.

Vincent Zanello

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *