Hasta la victoria siempre !

L’esprit du grand camarade Fidel a aidé nos glorieux stakhanovistes de l’IEP à défaire les sociaux-traîtres de Tec de Co 3-2 ce 1er décembre 2016 sur le terrain 2 à François Bordes ! Plus qu’une victoire idéologique, le Tørpedø a honoré le prolétariat !

« À l’appel du grand Fidel, se levait le Tørpedø  » : cette partielle modification du chant Les Partisans illustre ce jour historique du jeudi 1er décembre 2016.

 

« Max sera notre Khrouchtchev et je tâcherai d’être notre  Rokossovski ! »

Le ciel est rouge : le Tørpedø est entré sur la pelouse. Vétus de leur nouveau maillot arborant les figures de leurs  sources d’inspiration (Marx, Engels, Lénine, Staline et  Mao), le Tørpedø écoute avec  dignité le dicours du camarade Kolkoz’/Hugo de Cozar (« Max sera notre Khrouchtchev et je tâcherai d’être notre Rokossovski ! »), nous rappelant celui du camarade CriStaline le 7 novembre 1941 quand les allemands étaient seulement à des dizaines de kilomètres de Moscou.

Le match commence. Après 11 minutes de jeu, toujours pas un seul but encaissé par le Tørpedø. Sur le banc, on ressent déjà que ce match allait être différent de tous les autres. Cette impression se confirme quand Zy Lardtitczh/Samson marque le premier but de la rencontre (26′). Stupéfaction. Le camarade Fidel, decedé six jours avant, se serait-il manifesté  en lui ? Hélas, les fascistes de Tec de Co égalisent trois minutes plus tard. Samson n’est pas content. Samson s’énerve. Samson se transforme en Super Saiyan Bolchevik. SAMSON MARQUE (40′).

Mi-temps. Le Tørpedø mène 2-1. Mais que se passe-t-il ? Seul Dieu Marx le sait. Le match reprend. Les bourgeois de Tec de Co, jaloux de la puissance du communisme incarnée par le Tørpedø, décide d’attaquer le camarade Poupeybarbitscz’/Hugo Durand (49′). Ce dernier est contraint de quitter le champ de bataille sous les sourires des capitalistes de Tec de Co. Ces fous.  N’ont-ils pas vu quelques minutes plus tôt la force du camarade Samson ? Ce dernier, empris d’une conscience de classe barbadissime, leur rappelle la domination du prolétariat en inscrivant un troisième but (51′). Jamais deux sans trois.

« Dédicace à Fidel qui nous a inspiré jusqu’à la victoria siempre ! »

Malgré un nouveau but fasciste inscrit par Tec de Co (63′), le Tørpedø gagne idéologiquement mais surtout réellement ce match plein de suspense 3 à 2. Samson, rennomé « Samson Quel Joueur » par ses camarades après ce triplé digne de Stakhanov, nous confie que le Tørpedø continue sa lutte et rend hommage au Commandante : « Dédicace à Fidel qui nous a inspiré jusqu’à la victoria siempre ! ». Kalin ! 

Y.A

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *