La montagne ça vous gagne !

Quoi de mieux que l’air de La Mongie pour s’aérer l’esprit ? Après les festins de Noël, quoi de mieux que de chausser les skis pour éliminer les calories ? Toujours au rendez-vous lorsqu’il s’agit de poudre(use), le LSD a dévalé les pistes et avalé la tartiflette, au cœur des Pyrénées.

Skis sur l’épaule, masque sur le nez, doudounes et bonnets de sortie, les alentours de l’IEP avaient tout l’air du tournage des Bronzés font du ski. Vendredi 6 janvier une joyeuse troupe d’environ 70 Jean-Claude Duss s’étaient donné rendez-vous direction La Mongie ! Vers 17h, l’AS donnait le départ de l’incontournable Week-end Ski. Les deux bus se dirigeaient alors tout schuss vers les Pyrénées avant que le GPS, quelques peu désorienté dans les départementales sinueuses, ne fasse des siennes. Résultat : quelques détours à la découverte des villages français mais rien qui ne puisse entamer la bonne humeur !! Deux bus de l’ambiance où résonnaient Les lacs du connemara, le Maréchal et autres classiques sciences pistes. Le week-end s’annonçait parfaitement. A peine le temps de découvrir les chambres des gigantesques chalets en bois avec cheminée privée (ou presque), que la soirée commençait dans la salle commune. Table de billard, baby-foot, flechettes, dancefloor, tables de ping et de beer pong, bref il s’agissait bien d’un haut-lieu de la fête mongienne.

« Quand te reverai-jeeee, neigeee merveilleeeuuuse? »

Passons les détails (tout ce qui se passe à La Mongie reste à La Mongie), pour en arriver à la raison d’être de ce week-end : le ski. Mais stupeur samedi matin à la descente du bus, l’épais manteau blanc tant attendu ne recouvrait pas la montagne. Vision encore trouble de la veille ou réelle absence de neige ? Malheureusement la deuxième option l’emportait et il fallait se contenter d’une quinzaine de pistes ouvertes. La neige avait donc décidé de rester en 2016 mais qu’importe, rien ne pouvait entamer notre envie de dévaler les pistes. On a alors pu admirer le talent incomparable des sciences pistes en planté de baton, flexion-extension, godilles infernales, et dérapages (pas) toujours contrôlés. De très grands skieurs donc, qui explique la domination bordelaise en terre grenobloise au crit, il y a 2 ans. Quelques gamelles mémorables (ou figures acrobatiques on cherche encore) sont aussi à recenser, le tout sous un magnifique soleil. A défaut de neige, les skieurs ont pu parfaire le fameux bronzage masque bonnet, celui qu’ont en commun tous les professionnels de la glisse, hyper stylé à La Mongie beaucoup moins dans le tram bordelais.

Après l’effort, le réconfort

Samedi soir 20h30 pétantes, entrée en scène de l’incontournable et authentique tartiflette 100% lardons et reblochon. Celle que l’on attendait plus que tout, sûrement davantage que la neige. Engloutie à la vitesse d’un tout schuss sur une terrible noire, c’est les estomacs bien garnis que les skieurs ont travaillé leur dehanché sur le dancefloor, jusuqu’au bout de la nuit. Frais comme jamais, c’est logiquement le dimanche matin qu’a choisi l’AS pour une magnifique photo de groupe (cf la page de droite), histoire de montrer les effets de la montagne sur les (sciences) pistes. Une chose est sûre : bien plus que le planter de bâton c’est le lever de coude qui a été mis à rude épreuve ce week-end.

L.L

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *