PRECRIT MPMS: LES GORETTES COMPLETEMENT ABUSEES

RUGBY FEMININ : Si la viande de Gorette (car oui, c’est le nom de l’équipe toulousaine) s’est révélée un peu plus dure à mastiquer que prévue (défaite MPMS 1 à 6), les nombreux supporters en rouge et noir ont tout de même été ravis de revoir les MPMS sur les terrains.

14.30: oups.

Coup de sifflet. Engagement. Des cris. La balle vole. Les MPMS montent en ligne. Une toulousaine récupère la balle, qui passe comme une savonette de Gorette en Gorette, jusqu’à l’aile. L’une d’elle passe, et marque. Cet essai est au mental des troupes MPMS ce qu’un placage cathédrale fait aux épaules, c’est-à-dire très très mal. Nos filles hésitent, Toulouse en profite.

Trop de pression, tue la pression.

Et ça, c’est toujours vrai, sauf pour les bières. Les MPMS connaîssent un début de match difficile. Cette fois, il y a enjeu. Et ça, pour les nombreuses nouvelles de l’équipe, c’est une première (#fucklesforfaitsdekedge). Les filles sur la feuillle de match savent que d’autres aurait aimé etre à leur place. Elles sont supportées. Elles se sont durement entraînées, ont tout à prouver. Cette pression plus la prise d’un essai sur la première action les paralysent.

Fin de la première mi-temps.

Les gorettes sont trop sûres d’elles. Elles enchaînent les essais. Mais les MPMS ne se laissent pas faire. Bien au contraire, elles se battent. Est à noter l’essai monumental mis par la capi Audrey, à la last minute de la première mi-temps. Ni vu ni connu, elle s’elle s’échape sur l’aile avec le ballon, et réduit la gorette à l’état de salami. Une vraie bouchère ! Une Gorettes s’énerve : « vous étiez 3 sur elle les filles, ça ça passe pas »… La fan zone bordelaise savoure.

Seconde mi-temps.

La seconde mi-temps est à l’image de la première: les MPMS tentent de limiter la casse.

Alors finalement, quoi ?

Tout n’est pas bon dans le cochon ! Et en l’occurence, le jambon de gorette était indigeste. Mais d’abord, la défaite n’a pas empéché les revenches indirectes d’avoir lieu. Dans cette discipline, la palme d’or revient à M. Federspie…, qui a malencontreusement laissé dehors les gorettes en bivouac chez elle jusque 8.30 du matin (#oups). Et puis, la MPMS n’a pas dit son dernier mot. Faites vous confiance, faites confiance à vos coachs et prenez plaisir à jouer les belles meufs. En rouge et noir, on a jamais peur, on tacle tout on porte haut nos couleurs ;).

Mathilde Fahy.

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *