No pain, no game !

Nos Garonne State Warriors repartent avec une médaille de bronze. Une belle couleur, mais clairement pas celle qu’ils méritaient pour ce CRIT 2017 (#pascontent)

Par où commencer pour vous raconter les trois jours de nos basketteurs ? Trois jours mixant dunks de folie et shoots en finesse, reverses sur le terrain et déhanchers sur le danceflloor, contre-attaques infernales et pauses pipi intenables… Trois jours qu’ils n’oublieront jamais ! (#larmeàloeil)

Et c’est dès les premières heures que nos basketteurs sont entrés dans ce CRIT 2017, grâce à Ossau Iraty (le LSD taira sont vrai nom…) qui allait vomir dans le bus… mais nous n’allons pas faire tout un fromage de cette histoire… car le plus important est bien sur le terrain !

Oui, ils avaient tiré une poule « facile » avec Lille et Toulouse, mais attention aux mauvaises surprises, on est jamais à l’abri de tomber sur un oeuf pourri… La concentration de nos bordelais était donc maximale en attaquant le premier match contre Lille. Présents en attaque, présents en défense et aussi présents sur le banc, nos joueurs ne font qu’une bouchée des moules lilloises. Score final 64-37 sur un match à temps réduit… Ca claque !!

Puis juste le temps de faire une petite sieste et de manger leur sandwich Dauna que nos basketteurs sont de retour sur le terrain face à Toulouse. Le goret est coriace et la défaite menace mais pas de panique, les GSW sont dans la place ! (#lerapduLSD)

Deux matchs, deux victoire et une place en demi donc assurée. Reste à savoir contre qui… Paris bien évidemment !! (#rasleboldecesparigots).

Sans aucun doute LE match du CRIT 2017 !! Il est 19h, (presque) toute la délég est partie au RU (show pompoms oblige !) et nos basketteurs sont en train de sortir le match de leur vie. Sous les yeux de notre Raïs à nous (non pas René Coty mais bien Yves Déloye), comme un fou sur le bord du terrain, nos bordelais enchaînent les paniers. Thibaut, Alex et Constant enchaînent les 3 points pendant que Luc et Enzo montrent qui sont les patrons dans la raquette. Mais en 2min tout va s’écrouler… Plusieurs pertes de balles, la blessure d’Enzo, voilà nos GSW menés d’un point et l’arbitre siffle la fin du match… #INJUSTICETOTALE

Malgré la déception, nos basketteurs ne perdent pas le goût de la fête (#ohélaBretagne) et sont là pour enflammer le dancefloor. Ils enchaînent même le dimanche matin en écrasant des Strasbourgeois qui avaient apparemment beaucoup trop abusé de la choucroute… Une chose est sûre : le CRIT 17 était bien un CRIT BASKET !!

J.B.

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *