Coup de boule

PÉTANQUE – Aix a raflé haut la main le cochonnet d’or. Tombés contre la triplette finaliste en quarts, par on ne sait quelle volonté/décision/corruption/tirage au sort/règlement de la Fédé, nos pétanqueux n’ont rien pu faire. Mais bonne nouvelle, contrairement à l’année dernière les boulistes finissent dans le classement. 

La pétanque est fardée

Qui a dit que la Pétanque n’était pas le sport le plus sérieux de la délégation ? Ne débutant la compétition que le samedi, les boulistes sont restés à l’H2O (+ une mystérieuse molécule 51) le vendredi, et ont ingéré quelques herbes médicinales pour une concentration maximale. Préparés comme jamais grâce à un hiver passé à s’entraîner aux Cadets (très bon bar bordelais, on vous conseille le Tariquet), le cochonnet d’or ne pouvait leur échapper.

Sur un terrain déclaré constructible par la Fédé, la triplette 1 – emmenée par Zoé, critériumement reconnue meilleure pétanqueuse de l’histoire par tout un RU – n’a fait qu’une bouchée de Rennes, puis de Saint-Germain-en-Laye. Deux victoires faciles 8-6, 8-6, nouveau format de jeu, CRIT oblige. C’est alors que, coup de théâtre, notre cher Directeur accompagné de Joël venaient admirer le sport le plus télégénique de l’IEP. « Quelle détente, quel coup de poignet » s’exclament les 2 VIP. Déstabilisée par ces oeils experts, la triplette 2 a totalement craqué : 2 défaites, le moral dans les chaussettes.

Pourtant, du renfort était arrivé dans l’effectif bordelais. Les ex-capitaines Père Castor et Androux s’infiltraient dans la délég. 2 clandestins venus au soutien, tout comme un certain Henri, H2L pour les intimes, toujours présent dans les moments importants. On pensait alors que la triplette du DAB allait se hisser jusqu’en finale, avant que la Fédé ne mettent Strasbourg sur leur passage. Dab Master régalait à l’ouverture, Strasbourg enchaînait les carreaux – ça a même fait des étincelles – on assistait à de la pétanque caviar. Mais sans supporters, et les yeux éblouis par tant de soleil, les Bordelais étaient quelque peu dans le flou. Mais, grâce à leur mercenaire tout droit venu de Toulon, les Alsaciens mettaient fin aux espoirs bordelais.

Mais Théo pas là ???

C’en était trop pour le capitaine Théo, qui décida de déserter Villeurbanne. Lassé des sandwichs jambon-œuf-tomate ou viré par la Licorne, retour TGV à Bordeaux dimanche aprem pour le co-capitaine. Zoé avait les boules. Bref, en finale, les AIX-perts ont démontré que le cochonnet d’or appartient au sud, devant deux délégs en délire – si si y a de l’ambiance à la pétanque. Bilan des courses, à Lyon, entre le kaas, l’anis, et le soleil, les Boulets Rouges ont plutôt vu jaune. Comme dit le dicton, à Lyon pas plus d’un glaçon !!

CDLT.

L.L

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *