L’interview de Samuel Legrand

Oui, Joël est bel et bien parti … alors comment remplacer le fondateur du Crit aux 30 années d’expérience ? Legrand, voilà une réponse de taille.

 

Un maillot de l’Olympique Lyonnais sur le dos (on fait tous des erreurs), nous rencontrons Samuel Legrand dans son bureau.  Une mission impossible ? Pas pour le LSD qui a su dégôter un créneau dans le planning plus que chargé du nouveau Monsieur sport de l’IEP. Car il est vrai qu’entre les entraînements de handball, de volley ou les sessions surf,  « mini-Joël » ne s’arrête jamais très longtemps. Rencontre.

Quel est votre parcours avant d’arriver à Sciences Po ?

« Je suis prof d’EPS au départ. J’ai commencé dans le nord puis je suis parti une dizaine d’années en Martinique, puis j’ai pris une année sabbatique pour faire un tour du Monde. J’ai attéri à Toulouse (il est depuis supporter du Stade Toulousain, ça promet pour les derbys de la Garonne) pendant 7 ans, et l’année dernière j’enseignais à Mont-de-Marsan, avant d’avoir la chance d’être retenu pour ce poste. »

Justement qu’a-t-il de particulier ?

« Le poste offre un double profil intéressant entre l’administratif, la gestion et en même temps la présence sur le terrain, que je voulais absolument garder. »

Toujours ravi après ce premier mois ?

« Oui ! Complétement ! »

Très intense j’imagine

« Oui … J’ai commencé le 25 août et je vois pas le jour là … mais c’est normal, je reprends, c’est le début. Joël était là-dedans depuis 30 ans, il connaissait le fonctionnement par cœur, Même s’il m’a tout bien expliqué en juin,  je dois comprendre les rouages du poste, remettre certaines choses à plat, préparer les chantiers à venir… mais ça me plait ! La relation avec les étudiants c’est différent des collégiens, c’est une école sympa à taille humaine donc pour l’instant tout va bien. »

Et -question que tout le monde se pose- ça fait quoi de passer après Joël ?

« Boh pour moi rien de … c’est plus dans la tête des autres. Que je passe après Joël ou quelqu’un d’autre, je reprends le poste avec plaisir et envie et je vais y amener ma touche personnelle. »

Qui sera ?

« Essayer de développer les sports de plein air tels que le ski, le surf, le kitesurf sous forme de week-end et de stages. Sur le long terme, j’aimerais bien développer l’international aussi avec des compétitions ou des stages à l’étranger ».

Parlons un peu du Crit, comment l’envisagez-vous ?

« Je le vois plus comme quelque chose de festif. Je suis compétiteur donc bien sûr j’espère qu’on battra Paris et qu’on gagnera le Crit (cadeau de bienvenue, on vous le promet) mais on n’a pas la même structure, pas le même effectif … faut avoir conscience de ses forces et de ses faiblesses. Y a un bon niveau sportif mais on n’est pas des champions du Monde. Moi ce qui m’intéresse plus c’est la dynamique sportive, les échanges, les soirées, les rencontres, les tranches de vie, les expériences partagées… (Déjà un vrai nez-rouge) que d’absolument gagner le crit. »

Mais vous viendrez à Strasbourg ?

« Bien-sûr. »

Rendez-vous pris.

L.L

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *