Quand le week-end Evasion t’éclabousse

“Moi j’ai fait le rêve que ce RAFT jamais ne s’achève” … Comment ça ce n’était pas le Crit ce week-end à Pau ? Pourtant tout en avait l’air : chants traditionnels, bus de l’ambiance, dress code rouge et noir, compétition de rafting puis grosse soirée le samedi, et enfin tournoi de bubble foot et chill au soleil le dimanche, un combo parfait pour un week-end Evasion RENVERSANT … dans tous les sens du terme.

Car on a beau être de grands sportifs sur-entraînés, les eaux-vives du Stade de Pau en ont surpris plus d’un. Certains d’entre nous ont donc eu la chance de goûter les rapides de plus près que prévu. Mais fidèles à notre réputation, Sciences Po ne s’est pas seulement fait remarquer pour ces cascades  et repart de Pau avec plusieurs titres à son actif. Car on a beau être de grands sportifs sur-entraînés, les eaux-vives du Stade de Pau en ont surpris plus d’un. Certains d’entre nous ont donc eu la chance de goûter les rapides de plus près que prévu. Mais fidèles à notre réputation, Sciences Po ne s’est pas seulement fait remarquer pour ces cascades  et repart de Pau avec plusieurs titres à son actif.

Les Pois Chiches version TGV

Côté sport tout d’abord, 6 équipes sciences pistes aux noms plus que farfelus ont pris le départ du Mix&Rafting, une compétition inter-étudiante. Après une première phase d’entraînement histoire de tenter d’analyser les nombreux pièges du  parcours (dans lesquels on est finalement tous tombés – la tête la première pour Zoé <3) , les hostilités démarraient par une prise de chrono.  Et à la surprise générale nos fiers GROS POIS CHICHES explosaient le record du monde !! Même le local Tony Estanguet n’en revient pas, 1 min 17 du jamais vu !! Tout donner sur cette première descente, voilà une tactique payante quand on connait la belle récompense promise au meilleur temps : des forfaits de ski pour la station pyrénéenne de Gourette. Nos valeureux pois chiches repartent donc avec le précieux sésame, une manière de bien démarrer le week-end.

On aurait du faire jouer le Torpéd’eau 

Après cette grosse performance, les graines de champions endossaient le maillot de favoris et les concurrents venus de tout le sud ouest tremblaient à l’évocation de leur seul nom.Les phases de poule (mouillée) démarraient sous les meilleurs auspices et chaque équipe comptait se qualifier pour les phases finales. Dans un format “bordercross”, avec 4 équipages lancés en même temps, la compétition prenait alors des airs de bateaux-tamponeuses où tous les coups sont permis Conscients de notre supériorité sur tous les tableaux, nos adversaires pactaient en secret un complot diabolique : coincer chaque bateau rouge et noir dans les rochers . Face à cette tactique déloyale mais efficace impossible de rivaliser. Raft’String se prenait une déculotté, Kairafting planait, les  Gros Pois Chiches étaient réduits en houmous, Maghrebshaft en couscous bref Sciences Po  disparaissait soudainement de la compétition, aux portes des demi-finales.

Prix de l’ambiance pour l’Amicale

Mais l’important était ailleurs. Armé de l’infatigable mégaphone, un FIFMA égarré haranguait la foule à grands coups de “Yeux d’Emilie” version Sciences Po ; pendant que ses coéquipiers reconvertis en DJ nous régalaient de tout le répertoire de variété française. Résultat, l’Amicale de l’AS remporte haut la main le prix de l’ambiance. Une récompense largement méritée vu leur talents de chanteurs et de recompositeurs des grands classiques. Autre performance notable à remarquer, celle des Barbatank. Réduite numériquement après 2 abandons techniques, l’équipe a pu compter sur un renfort de poids en la personne de Samuel Legrand. Après avoir ridiculisé un par un ceux qui ont tenté de le défier au bras de fer, il rejoignait l’effectif de bras cassés … sans savoir ce qui l’attendait. Pourtant habitué des sports extrêmes, les barbatank ont réussi à envoyer le prof au tapis, enfin dans le Gave pour être plus précis.

La night paloise 

Après avoir brillamment ramené ces trophées, il était temps de passer à une autre dimension du SPOR dans laquelle nous excellons tout autant.  Après avoir travaillé les biceps au rafting, nous mettions à profit nos compétences en levée de coude et en déhanché. Déchaînés sur le podium la délégation bordelaise était une nouvelle fois on fire, histoire de se réchauffer dans la fraîche nuit pâloise.

Un dimanche pour buller


Certes le réveil était difficile mais dans un cadre pareil – châlet au bord d’un lac bordé d’arbres aux couleurs d’automne flamboyantes, so romantic – le tout baigné du soleil de l’été indien, le dimanche  s’annonçait plus que bien. Au programme bubble foot, volley au soleil et beach-rugby-hand, histoire de transpirer les liquides ingérés la veille (on parle de l’eau du Gave bien-sûr). Bien protégés dans leur bulle de plastique, les vaillants bordelais s’en donnaient à coeur joie et les rencontres ressemblaient plus à une partie de bubble tamponeuses qu’à un match de football. Point de dribble à la M’Bappé (c’est pas facile quand on a la carrure d’un sumo) mais spéctacle garanti par des cascades en série, dignes du meilleur bêtisier de l’année. Une belle réussite que ce Week-end Evasion, où nous avons pu améliorer notre planté de pagaie. Rendez-vous en janvier pour travailler la planté de bâton Monsieur Dusse !!

L.L

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *