On respire volley, on respire sans culotte

VOLLEY F- Double victoire pour les volleyeuses, des Sans-Culottes qui n’ont pas froid à la… aux yeux ! Raclée pour l’INP, destruction explosive de l’équipe de Kedge ; elles nous donnent l’impression, que, comme Madonna, elles n’arrêteront jamais…

Bon déjà, avant de commencer, il y a deux blagues inévitables, qui ont surement déjà été faites, par des gens presque aussi drôles que nous, mais que nous avons BESOIN d’écrire. C’est physique, impossible de se retenir pendant tout l’article. Donc voilà : elles nous ont montré qui porte la culotte (mdrrrr) et elles ont remporté un succès qu’elles n’ont pas…volley ! (rololol lolilol). Voilà, ça va beaucoup mieux ; merci, bisous, merci. On respire.

Parce qu’on est des reporters de ouf, on a décidé vivre en immersion totale volley. Pour ça on a couvert pas un, mais deux (et bien quatoooorze willy wallers 2006) matchs des Sans-culottes. Celui d’avant les vacances qui opposait les impératrices de l’empire Sansouvétemant au fief rural de l’INP, et celui de la semaine dernière qui les a mises face à face aux spécimens du royaume de Kedge. Aucun des opposants n’a résisté face à l’assaut de notre équipe. C’est dans l’oreillette qu’on m’a annoncé la première nouvelle : 2 sets 0 pour leur premier match ! 25-22/25-14. Présence des poms-poms sur la touche et des rugboeufs dans les gradins, les filles, coachées par leur capitaines, ont rapidement maîtrisé l’adversaire. Second match, plusieurs joueuses blessées, mais elles sont bien là. Le match commence en retard, mais très rapidement, nos Sans-culottes se rendent compte qu’elles pourraient les battre en jouant juste avec une main. 25-16, 25-11. Agathe, blessée donc coach pour ce match, s’est montrée très émue sur les écrans, fière de ses coéquipières, et heureuse de ramener le trophée. Il faut qu’on se dise un truc : ces filles-là sont tellement féroces, qu’elles emmerdent les victoires idéologiques : le but c’est d’anéantir l’adversaire. Et pour l’instant, elles dominent.

Vivre avec une Sans-Culottes

Pour véritablement *sniiif* respirer volley, nous avons déider de cohabiter avec une des deux capitaines, qu’on anonymisera en l’appelant ‘Clarisse’. À la suite de notre enquête sociologique, il nous a semblé pertinent de vous rapporter quelques éléments révélateurs de son engagement. Elle mange volley dès le petit déjeuner. Elle dort avec son ballon de volley, ce qui peut parfois rendre son chéri jaloux. Clarisse s’en fiche, il faut qu’elle pense volley. Au cours d’une interaction fortuite dans la salle bain, il nous a semblé apercevoir le tatouage d’une joueuse de volley sur l’arrière-train. L’observation participante nous a permis de recueillir des motivations plus profondes, voilà par exemple ce qu’elle nous a dit lors d’une discussion off-record. « C’est ma plus grande fierté, je n’ai jamais été aussi heureuse que de partager ma vie, mes objectifs, ma transpiration, à ceux de mes coéquipières dont je suis tellement fière. On ira loin. »

Il y a beaucoup d’amour

Elles iront loin !

N.T.

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *