Victoire pas du tout « idéologik » pour le Spartak

Victoire écrasante des Spartaks contre Montaigne 3. On s’est presque ennuyés tellement c’était facile.

Jeudi 8 novembre, début d’après midi. Le soleil brille (ou pas, mais on a bien le droit de rêver), le tram n’est pas (encore) en grève, bref, tout annonce un après-midi mémorable.

À François Bordes, le paysage est idyllique : les joueurs du Spartak se surpassent dans leur splendide chasuble vert tandis que ceux encore sur le banc de touche pendant la première mi-temps s’échauffent tels des gazelles sauvages en effectuant des montées de genoux. On se croirait en pleine nature, même l’entraîneur de l’équipe adverse a décidé d’adopter un langage plus que fleuri pour rester dans cette ambiance bucolique. Mais avec ses « bordel qu’est ce que vous foutez » à répétition, on comprend vite qui mène la danse (comment ça je me suis trompée de sport ?!). Et très rapidement, cela se vérifie : pas un, pas deux, pas trois, mais quatre buts marqués contre Montaigne 3 ! L’équipe de Montaigne, armée d’un gardien qui aura eu le mérite d’arrêter un certain nombre d’occasions de buts spartakaises, a bien essayé de reprendre du terrain en marquant un point durant la deuxième mi-temps, mais la supériorité de nos joueurs ne faisait pas de doute. Avec un nouveau gardien qui a largement fait ses preuves, les Spartaks s’offrent donc une victoire écrasante, du jamais vu depuis la guerre du Péloponnèse ! À la décharge de l’équipe adverse, il faut bien avouer qu’ils avaient un joueur en moins étaient nettement moins bons.

M.K.

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *