Le Foot s’salit pas ‘soir

23 novembre 2017

FUTSAL—Dans l’antre du Cosec, les joueurs du Foot sale ont affronté dans un superbe chassé-croisé les équipes Amos 1 et Science Tech 2, sans même un souffle de répit (eh ouais). Les deux matchs se sont soldés sur deux défaites (3-2) et (2-0), mais que dire?  « La fin ne justifie pas les moyens  » nous disait Nico.

Le futsal, dans le cas où tu serais inculte, est un sport qui trouve son origine dans les années 1930 en Uruguay. Dans ce sport, tout est affaire de précision, de technicité, de réactivité et surtout de rapidité (seulement 4 joueurs de champ, plus le gardien).

Autant dire que ce soir, les joueurs du Foot sale ont démontré ces qualités malgré leurs deux brillantes défaites.

 

Match 1: Foot sale vs Amos 1

Si nos joueurs ont dominé la première partie du jeu, avec un premier but très prometteur dès la deuxième minute; c’est malheureusement, l’équipe Amos 1 qui va prendre le devant avec leur jeu de slaloms. Une belle occasion ratée à la sixième minute de jeu. Une égalité (2-2) à la septième minute qui est mis en péril par un but des plus imprécis de l’équipe Amos 1. On assiste néanmoins à une belle performance du gardien à la neuvième minute  avec une belle parade (Big up Ismael). Une autre brillante occasion ratée à la onzième minute, suivie de peu par une altercation entre deux joueurs initié par le joueur de l’équipe adverse: surprise, aucune réaction de l’arbitre!

Une victoire qui s’est donc jouée à un fil.

Match 2: Foot sale vs Science Tech 2 

Malgré la fatigue, les joueurs ont enchainé directement avec un second match.

But dès la vingtième seconde de l’équipe Science Tech 2 (1-0). Deux beaux arrêts du gardien à la première et deuxième minute, on dirait presque Manuel Neuer. Malheureusement, trois magnifiques occasions ratées à la sixième, septième et onzième minute. Bref, c’est un jour sans comme on dit. Second but de l’équipe adverse à la douzième minute. Le match se scelle donc sur une défaite amère: nos joueurs se sont bien battus, un très bon jeu des attaquants qui ont raté de peu leurs occasions, un peu comme Griezmann en ce moment avec l’Atlético.

Le coupable: l’arbitre clairement acheté 

Un arbitre acheté, démontré à maintes reprises durant les deux matchs. Par son manque d’impartialité lors du premier match avec un troisième but offert à l’équipe adverse aussi monumental que la main de Dieu de Maradona durant la finale de la Coupe du monde de 1986.

Le mot de la fin aux capitaines Paul Hervy et Soheil Hayati :« Un jeu ambitieux. Prometteur. Un bel esprit d’Equipe. Bref, que du saaaaaaale. » 

R.C

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *