Deux équipes, un esprit : MPMS l’histoire d’une victoire

RUGBY – Hier le troisième plateau de l’année s’est tenu pour nos rugbywomen (petit aparte, le plateau c’est un système de poule). Ainsi durant tout l’après midi l’équipe 1 et 2 ont affronté INP, BSA,Kedge et COB. Entre soleil et pluie, c’est bien plus que des matchs auxquels se sont confrontées nos filles, mais une démonstration de force que le sport féminin c’est le futur.

  • Mise en condition et warm up

Enquête de terrain, immersion totale dans l’expérience du MPMS. Par le temps de niaiser le jeudi midi après les cours : tout le monde se met en route. La première partie du match se fait dans les vestiaires, concentrations des plus intenses, la tension flotte dans l’air. Chuchotement, massage et bandage, rien n’arrête une MPMS encore moins un petit bleu ou une dent cassée.

Crampon aux pieds, protèges dents en bouche les filles commencent à retourner la pelouse, entre course en groupe, échauffement en ligne et pompes. L’attention est collective : « vous êtes prêtes les filles ? »

L’objectif es simplet : gagner et éviter les blessées.

Le challenge auquel elles doivent faire face pour atteindre leurs ambitions : en deux équipes différentes affronter : Kedge, INP, BSA et COB lors de matchs de deux fois 8 minutes de mi-temps.

NB : selon la légende dans le milieu, le temps des mi-temps varie en fonction des humeurs et du temps. De plus les équipes sont composées de 8 filles – configuration du jeu qui n’existe pas dans la réalité, le SPOR universitaire est dessus de tout.

Les équipes réparties après l’échauffement, les filles se séparent pour mieux régner. Les échauffements continuent de plus bel, entre warm-up physique et mental.

  • L’équipe 2 : les promesses de l’aube

  • Versus Kedge : la deuxième mi-temps est noire

Le début de match est rude. L’équipe peine à prendre confiance en elle. Pourtant ce n’est pas le potentiel qui manque chez nos Miss : entre gros placages et nez tordu, ce n’est pas la fragilité leur point faible.

Face à cette situation délicate les paroles du coach sont correctrices et réconfortantes à la fois « Concentrez vous sur vos placages, on les fait tomber, je veux les voir tomber ». Directive posée, directive imposée pour Kedge. La détermination de nos filles, ne leur permet pas de remporter la mise, mais Kedge doit plier en deuxième mi-temps : le respect pour marqué des essais à disparu 1 à 0 pour les MPMS.

  • Entre deux combats

L’expérience aux côtés des filles est enrichissantes: la défaite contre Kedge est difficile à avaler. Mais c’est à nouveau en ligne que les MPMS affrontent cette épreuve, l’équipe est en cercle, elles discutent, se réconfortent et les filles de l’équipe 1 sont également là pour les aider.

Pour remonter le moral dans les troupes le coach souligne qu’ « on dézingue tout. On monte ensemble, avec une rage de dingue et c’est comme ça qu’on se fait plaisir ! »

  • Versus INP : what doesn’t kill you make you stronger

Le match se déroule de manière audacieuse, les INPiennes ne se laissent pas démener comme on l’entend. Le jeu est beau, les filles sont dévouées. Raisonne encore dans leurs têtes les enseignements philosophique « faut parfois une claque dans la gueule », mais « il faut y croire ». Et elles y ont cru, telle est l’explication à leur déception. Mais il ne faut pas tirer de ce match et du précédent des conclusions hâtives : elles ont certes perdu deux batailles mais pas la guerre.

La déception est profonde, mais il est important de ne pas baisser les bras. Relativiser, toujours relativiser : comme le disait Confucius « La plus grande gloire n’est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque chute ». Cette douce pensée doit être de plus compléter par l’idée calme et posée de Fouchet, selon laquelle « les défaites de la vie conduisent aux grandes victoires.

  • Fait divers d’hivers

Etre une MPMS, c’est plus qu’une appartenance à un collectif sportif, c’est une identité commune. Parmi les innombrables qualités que l’on peut trouver chez une MPMS il y a la solidarité, la générosité et la soif de jouer. Autrement formuler MonPotentielMaSolidarité c’est nouer des liens avec les équipes adverses, être dans le partage de ses joueuses avec les équipes dans le besoin.

C’est cette éthique issue droit de la pensée de François Proust « Sans solidarité, performances ni durables ni honorable » qui permet aux supporters d’observer leurs joueuses préférer sur tous les fronts, sur tous les plateaux et dans toutes les équipes dans leur grandeur.

RIP les blessées

Comme toutes les semaines, la guerre ne se fait pas sans perte… Alors n’oublions pas, que le prix des victoires est toujours au dépend des corps mutilés des coéquipières.

  • L’équipe 1 : Le talent c’est maintenant

  • 47-0 versus BSA (Bordeaux Sciences Agro, dit Sciences Agro dans le milieu footbalistique)

Petit rappel au début du match, la semaine précédente l’affrontement avec les agricultrices n’avait rien d’évident. Sur ces bases informatives majeures, les filles se concentrent et orientent leur jeu de manière efficace : la défense est bien fixée et permet aux arrières de faire des sprints fabuleux porteurs d’essai.

Le résultat est un scandale : 7 essais à 0. Mais le suspense ne s’arrête pas là, car en effet, les essais doivent être transformer. Pour cela l’éthique rugby fait preuve de bon sens, talent repéré et confirmé deux ans auparavant dans les rangs des Footacagoles, le bébé phaco prouve par la transformation de tous les essais (ou presque) qu’être scoreur/buteur est un atout des plus emblématique même au rugby.

Face à l’humiliation, les filles de BSA préfèrent s’en retourner à leurs poneys, et abandonnent le tournoi dans le mensonge : comme quoi leurs joueuses seraient engager dans d’autres activités sportives… Coïncidence ?Pourtant « La honte est dans la fuite et non dans la défaite. » (L. Arnault Régulus, acte 2, scene 8 (1822))

  • 54-0 versus COB (Ostéopathie) : un match entre amis

Deuxième match, toujours aussi sérieuses nos filles ont affaire à la fameuse équipe qui savoure leur générosité. Dans les rangs adversaire les Sciencespistes affrontent 3 de leurs joueuses. Par soucis de conflit d’intérêt commenter ce match est donc un rude labeur, auquel les termes de « magique », « beau » et « amical » seront les seules descriptions afin de laisser libre interprétation aux esprits des lecteurs.

PS : le bébé phaco a encore fait pas mal de boulot lors des transformations.

  • 17-7 versus INP : la communion solennelle

Les choses commencent à se gâter, l’enjeu est de taille. La victoire du plateau se rapproche rapidement, mais les MPMS sont conscientes qu’il ne faut pas se hâter. Contrairement aux perspicaces remarques des adversaires pendant la mi-temps qui pensent de nos joueuses qu’« elles font les malines mais [qu’]elles sont battables », les MPMS gardent un sage recul sur la situation. L’ambiance en devient solennelle. Gage de récompense : la défaite est cinglante pour INP.

  • 12-0 versus Kedge : l’apogée

L’après midi se couche et la nuit se lève, l’ombre nocturne s’étale sur les terrains avec un léger voile de pluie. Le terrain boueux se prépare à être un réel champ de bataille : l’ultime match final du plateau pour les sélections au championnat. Le rapport de force des deux puissances qui s’affrontent semble avant le match relativement équitable : Kedge sont des ennemis connus. Pourtant les MPMS ne permettent un équilibre de la terreur. La mi-temps est sifflée 0-0. Il est hors de question de partager la victoire et le talent.

C’est donc avec audace et technique qu’elles imposent leur monopole de la violence légitime à l’école de commerce. Fini cette domination capitaliste, désormais ce n’est pas en terme de cash qu’il faut raisonner, mais bien en terme de catch. Placage, chute, envole et jambe tordue : les démonstrations de force sont nombreuses. Ainsi prend fin un match fort en émotions, et des plateaux richement garnis de belles actions et de belles personnes.

  • Vers la victoire et au-delà !

Grâce à leur victoire les MPMS sont qualifiées pour le championnat universitaire. Enjeu majeur pour le reste de l’année et en prévision du Crithédrale. C’est plein d’enthousiasme qu’elles vont continuer dans cette lancée, car si une chose n’est pas permis, c’est que le chant des mouettes cesse d’être chanter.

Engagées dans cette lignée :

« Aux coups de feu la mouette

N’a pas changé de chemin, (…)

Par le seul appui du vent

Majestueuse elle plane »(A. Beauregard La mouette)

   C’est vers de très nombreuses victoires, que l’équipe se dirige.

Alors chères MPMS donnez tout, prouvez que vous le valez bien, car entre nous, je vous l’écris : vous être géniales.

 

GL.

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *