« Débrouillard à jamais »*

//Futsal//

Non, Jay-Z est un vampire immortel, la Lune n’existe pas: c’est en réalité un hologramme projeté tous les soirs, les Beatles idem: une machination d’un faux groupe d’acteurs, les Stan Smith (j’en étais sûre!!!!!!!!!!!!!!) sont un organisme de contrôle des Illuminatis…

Par contre, Micheal Jackson est toujours mort, désolé Madeleine, tu peux sécher tes larmes: Brad Pitt est encore là…(sans Angie d’ailleurs)

Alors, il semble claire que je ne crois pas du tout à la défaite jeudi du Foot sale! Je soupçonne purement et simplement une théorie du complot! (de ça et de la défaite du PSG contre le Bayern, drama, drama, drama ;(

Jeudi soir,

« Le bruit de la pluie sur le bitume
En panne d’essuie-glace
Mon pare brise pleure
Mon humeur durcit la glace »**,
la raison: les deux « défaites » (en apparence) de justesse pour notre équipe (1-0) contre deux équipes de l’ENSC.

Match 1 vs ENCS: une défaite pas méritée 

Premier match: Dès l’engagement, le Foot sale mène le jeu, bonne maîtrise du ballon, de belles occasions manquées. Puis par les voies célestes, Saint-Jacques est apparu tel l’apôtre qu’il est, à la troisième minute pour signer une magnifique tête, le ballon en a voulu autrement en flirtant avec la transversale. Frayeur à la huitième minute: un attaquant adverse récupère le ballon, se dirige droit au but, enclenche sa frappe, le gardien Soheil hors des cages, mais vigilance oblige, il effectue un sauvetage in extremis de la balle (0-0). L’équipe réagit, balle au pied, perce la défense, Sébastien effectue un crochet, tire mais la balle est arrêtée de justesse par le gardien!

Faute de l’équipe de l’ENSC à la neuvième minute, coup franc pour le Foot sale réceptionné par le mur adverse qui en profite pour inscrire un but à la dixième minute (1-0). « Le temps commence à manquer tu l’espionnes »**. Ni une, ni deux, Fischer intercepte la balle, mène une action vers les cages, mais le ballon touche la barre (encore, décidément!). Suivie d’une autre…et de 2 coups de sifflets qui sonnent la fin.

Match 2 FC Jizz (Christ, what a lame name…!): une défaite pas du tout méritée  

Sans un instant de répit, ils enchaînent avec un second match. La défense du Foot sale se réorganise, plus dense. Un somptueux tir de l’un de nos joueurs venant heurter le poteau: malheur,  les occasions ne terminent pas au fond.« Et la chance vagabonde »**. Louis intercepte la balle, suivie d’une belle action de Sébastien qui ne va pas « droit au but » comme on dirait à Marseille. Yacine renchérit avec un autre tir stoppé par le gardien. Superbe petit pont de Fischer, mais sortie…touche et abracadabra but de l’équipe adverse à la douzième minute (1-0).

30 secondes avant la fin du temps réglementaire: Faute de l’équipe adverse, dernière opportunité du Foot sale: feinte de frappe de Yann, Fischer tire mais le ballon frôle la barre. The End (1-0).

Le mot de la fin au capitaine Soheil Hayati: « Match correct, une équipe qui s’est bien battue, le sale reste sale pour la dernière de Yacine… ». Vice capitaine en devenir (et média-sceptique), Fisher conclut: « Manque de réussite, des bons temps, pas assez de concrétisations ». Un jubilé doux-amère pour Yacine: « Il manquait juste une victoire qui n’est pas passée loin, mais ça reste une victoire idéologique, belle défaite sur le terrain ». 

Comme le dit le vieil adage, on ne peut pas être au four et au moulin. Mais on ne peut pas avoir mouillé le maillot et être aussi bien coiffé que James Dean (Louis, je crois que ta coiffure n’a pas bougé d’un cheveu), être aussi drôle (n.d.r.l. Yacine, les gourdes kipsta), avoir des surnoms génialement bibliques et être ambitieux… Donc on vous pardonne pour vos beaux yeux. 

Aucun doute à se faire, ils sont « Débrouillard à jamais ». Bref, que du saaaale pour la suite! 

R-A.C.

*Damso_Débrouillard

**Oxmo Puccino_365 jours

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *