L’histoire poignante de la boxe

BOXE – Qu’est-ce que la boxe ? Eh bien, c’est tout simplement un sport qui permet l’affrontement de deux adversaires, un sport de combat donc, qui s’exerce généralement avec des gants matelassé (jusqu’ici, la question était facile).

La boxe est un sport qui puise ses origines dans l’Antiquité grecque (les ancêtres de nos actuels Spartak fréquentaient surement donc les premiers pratiquants de la boxe) avec le pugilat (combat dans lequel étaient exclusivement utilisés les poings) et le pancrace (discipline dans laquelle tous les coups étaient permis, même les plus mortels. Deux pratiques étaient néanmoins interdites : la morsure et l’arrachage des yeux de son adversaire…100% chill) qui étaient des activités qui prenaient place notamment lors des Jeux Olympiques antiques.

Néanmoins, le pugilat s’est vu interdire à la fin du IVe siècle de notre ère par l’empereur chrétien Théodose Ier, qui interdit au même moment les Jeux Olympiques (d’ailleurs, petite anecdote : notre cher ami mathématicien Pythagore, grâce auquel nous avons dut apprendre un fameux théorème in-dis-pen-sable à la réussite de notre brevet des collèges, a participé à des compétitions de pugilat pendant son adolescence. Un vrai couteau suisse). Les historiens n’ont pas vraiment trouvé d’informations vis-à-vis de l’évolution de cette pratique jusqu’à se réapparition au XVIIe siècle en Angleterre.

Effectivement, à l’époque, la noblesse anglais pariait sur des rencontres de pugilat clandestines afin de se divertir. De plus, lors des guerres napoléoniennes, les géôliers anglais organisaient des combats entre les prisonniers français et les gardiens ou marins anglais, tout en continuant cette l’optique selon laquelle ces combats étaient rythmés par des paris de sommes. Le dernier champion de ces combats à mains nues est l’américain John L. Sullivan qui, en 1889, a remporté son combat après 2h16 d’affrontement (en d’autres termes, le mec est plutôt très chaud).

Dans cette continuité, nous pouvons souligner que la boxe moderne est née au 19e siècle, grâce à une diffusion de codes qui avaient pour but de réguler ces pratiques clandestines. En effet, on a observé en Angleterre une persistance des combats clandestins organisés par des « matchmakers » et dans lesquels les forces de l’ordre devaient souvent intervenir. Ainsi, en 1865, le journaliste John Graham Chambers codifie les affrontements de boxe en diffusant ce qu’on appelle les règles du Marquis de Queensberry, qui obligent le port des gants, définissent les catégories de poids… Ces mesures permettent donc à la boxe de perdre un peu de son caractère excessivement brutal et long dans ses combats : l’aspect plus technique est valorisé. Cette pratique sort donc de la sphère de la clandestinité et devient l’un des premiers sports qui peut s’exercer de manière professionnelle.

C’est en 1901 que la boxe anglaise se fait une place parmi les Jeux Olympiques, avec des premières épreuves en 1904, la boxe féminine étant considérée comme un « sport de démonstration » (sympa).

Suite au renforcement de la médiatisation et à l’apparition de la télévision, les championnats du monde commencent à être organisés par de grandes associations comme le World Boxing Council. Les nombreuses associations rivalisent les unes avec les autres (elles ne se reconnaissent qu’en 1990), rivalité rythmée par une course au monopole des meilleurs boxeurs afin d’agrandir leur part de marché (capitalisme <3).

En bref, vous connaissez la suite : vont se distinguer de grands boxeurs comme Mike Tyson, et une réelle approche culturelle va se développer autour de la boxe, avec par exemple la diffusion des films de la saga Rocky.

Et puis, comme dirait Mohammed Ali, « N’abandonne pas. Endure maintenant et vis le restant de ta vie en tant que champion » (ça vaut aussi pour les partiels).

E.R

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *