Pas de Sale sur Periscope

Les partiels sont finis (Hallelujah! enfin pour les 1A…Les autres xieuv bon courage!) Entre deux arrêts de tram (ou deux fiches bristol roses joliment surlignées…) voici un petit compte rendu futsalistique du match de jeudi dernier (sorry for being late) qui opposait l’équipe 1 du Foot sale à notre Typhon ubuesque, j’ai nommé  :Kedge.

Le score, Murphy me l’a dit: (2-1) pour Kedge (tssss). Bref pas une super soirée pour notre équipe.

But Ladies and Gentleman, before that, please clap your hands pour l’équipe du Foot Sale. En effet, nouvellement formée, cette jeune équipe en symbiose, unie par un bel esprit d’équipe, prometteuse, qui connait certes des tâtonnements mais qui n’attend qu’à exprimer son potentiel qui vient à mûrir, est arrivée 4e sur 27, jeudi dernier, lors de la Nuit Universitaire!! Alors, moi je dis respect bro.

Match Foot sale vs Kedge: pas de bol 

Un match sous tension, tout autant attendu que le « combat du siècle » Mayweather vs McGregor, que le Barça-Real samedi, que la dernière saison de GOT (spoiler**:…it’s a joke!), qu’une phrase correctement orthographiée de Ribéry…

Un long coup de sifflet pour démarrer ce match qui sans un instant débute par une phase offensive de Kedge, détournée par l’un de nos joueurs qui finit en corner (très) mal centré par l’adversaire. Troisième minute de jeu: relance de notre gardien expert Soheil qui aboutit par une offensive de Kedge qui frappe hors du cadre. Suivie d’une touche pour Science Po, et tout à coup, j’entends s’écrier à en perdre ses poumons ce que j’ai identifié comme étant le Capitaine de Kedge: « elle est rouge », un coup de sifflet plus tard, elle devient rouge…(je vous laisse le soin de conclure) (ah oui! Aussi surprenant que cela puisse paraitre les maillots de Kedge sont rouges, R.O.U.G.E.S (en réalité, ça virait plus au potiron) pas très capitaliste tout ça…).

A la quatrième minute, faute sifflée pour Kedge (oh miracle!). C’est la goutte qui fait déborder le vase: le Foot sale se ressaisit avec une première frappe qui vient heurter la barre (damn!). Mais ni une ni deux, les joueurs se lancent dans une nouvelle phase offensive qui se solde par une superbe frappe d’Arnaud à l’entrée de la surface qui marque un BUUUUUT à la cinquième minute (1-0). Science Po mène le jeu.

 

 

Nouveau coup d’envoi, et but sans précédent de Kedge à la sixième minute qui égalise (1-1). Touche pour le Foot sale àl’entrée de la surface de réparation, une possible occasion s’offre à eux, centre d’un de nos joueurs malheureusement manqué à la septième minute.

Un merveilleux une-deux s’enchaîne pour Science po complété d’un somptueux sombrero et d’une belle occasion manquée d’Arnaud à la neuvième minute de jeu!

Faute pour Kedge à la douzième minute (no way). Mais brusquement à ma « grande » surprise, ce même individu crie indigné (on dirait qu’il vient de se faire recaler par Natalie Portman) au corner. Nope, je ne crois pas, à part un bon ophtalmologue, je vois pas trop trop de solutions. Mais l’arbitre en a décidé autrement: il accorde un coup franc dangereux en faveur de Kedge à l’entrée de la surface de réparation à la quatorzième minute de jeu, mais oops manqué.

 

S’ensuit une phase offensive de Science Po, mais la frappe d’un de nos joueurs est détournée par un joueur de l’équipe adverse.

14’35: dernière phase offensive pour nos joueurs avec un beau crochet d’un attaquant (really, chapeau), mais qui n’aboutit pas. Le drame à 30 secondes de la fin: un but inopiné de Kedge (2-1)…End of the war.

Le (presque) mot de la fin aux joueurs: Paul Lonceint affirme assez tristement: « Mauvais retour en défense pour ma part, on attend le second semestre pour prouver ce que l’on vaut! », une déclaration teintée d’amertume mais très humble pour ce jeune joueur. Enfin, Fischer conclut: « Un arbitre partial, une défaite regrettable pour le dernier match 2017 ». 

Le (vrai) mot de la fin à mon sens: « Winning is great, sure, but if you are really going to do something in life, the secret is learning how to lose. Nobody goes undefeated all the time. If you can pick up after a crushing defeat, and go on to win again, you are going to be a champion someday. »—Wilma Rudolph, Olympic champion. 

Bref que du saaaaale pour une nouvelle année! 

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *