Sans culotte c’est trop facile

VOLLEY FEMININ – Je ne pense pas qu’une seule goutte de sueur n’ait coulé pendant ce match. C’était sans-lesmains pour les sans-culottes. 25-8 + 25-9 = la tête à Toulouse.

Elles nous surprendont toujours, les volleyeuses de l’IEP, à enchaîner aussi facilement les victoires. Et pour le précrit, l’issue du match était aussi pesante que… que… non vraiment je ne vois rien de moins torturant. Le match a demandé autant d’effort, de stress et de tourments qu’un mercredi soir devant Netflix. Autant de concentration que pour lire un texte de MSP. Bref, ce n’aura pas été un match style Borg vs McEnroe; mais plus un match style Fillon vs la Justice: la victoire de Bordeaux s’est faite sans mal, sans pression, sans résistance.

Le festival des Aces

Début de match, début de set assez ésotérique: Toulouse rate tous ses retours, voire ne touche pas les services des IEPiennes. Supercapota, Natachattewoman et Amélitresdesperme (se passe de tout commentaire), service après service, creusent l’écart de score. Pourtant dotées d’un seul super pouvoir: celui de savoir jouer au volley.

Esprit d’équipe

Du côté bordelais, le jeu est propre. Belles passes (bigup Clatoris & Emissionnaire – c’est ce qu’on préfère), presqu’aucune faute (bigup la capi toulousaine), de gros smatchs, même si quelques uns caressent le filet. En face, elles ont l’esprit d’équipe aussi. Cris de joie cocollectifs lorsque service est renvoyé! Youhou! Puisque, apparemment, ça ne se fait pas de chanter “C’est trop facile”, on avait envie de leur citer OSS 117:

“23 à 0! C’est la piquette Jack! Tu sais pas jouer Jack ! T’es mauvais!”

En conclusion, une bonne grosse, large, belle victoire pour nos Sans Culottes. Euh, j’ai peut-être mal choisi mes mots.

Partouze? Non merci

Après ce match véritablement sensationnel et subjugant, photo. Toulouse lance le fameux “Bordeaux, Toulouse, grosse partouze!”. Mais on a plus envie là les gars! Franchement non! Une chose est sûre: un adversaire de moins au Crit. Même si on partage nos apparts avec Sciences Po Toulouse, il va falloir raviver la flamme avant de partager nos lits. Peut-être en réveillant l’excitation sportive, ou le frisson de la gagne. Une autre citation d’OSS s’impose à cet article:

“Avant de partir sale espion, fais-moi l’amour ! – Non je ne crois pas non… – Pourquoi? Pas envie…”

Allez les filles, continuez de tout gagner. Dans la bonne humeur, dans le même état d’esprit, parce que vous étiez franchement fair-play. Agathe leur aura dit, sans ironie aucune: “C’était cool, c’était bien défendu”. La politesse bordelaise? Ce pourquoi on vous aime en tous cas.

N.T.

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *