“Choisir, c’est être libre”

Krit jour n°2, la place est donnée à l’honneur de l’art et la créativité au milieu de ce tumulte sportif. La danse rentre en scène. Avec une chorégraphie autour du thème du choix “corps naît lien”, les danseuses de Décadanse offrirent un moment de grâce et surtout une 3ème place sur le podium!

16h05 une foule de peinturlurée aux couleurs des  IEP s’amassent dans la salle de représentation. Décadanse se met en scène et le calme s’impose. La concentration est absolue et le soutien de Yves Déloye présent à leur côté est un atout supplémentaire.

La représentation s’achèvera sur un public profondément ému, à en juger d’après les propos des supporters aixoises “ah oui, c’était vraiment beau et touchant!”. C’est unanime la chorégraphie et son interprétation sont validées. Cependant, pour la question de la notation ce succès se trouve au coeur d’autres équipes aux qualités artistique et technique comparables, et le “coup de coeur du jury” est accordé au groupe de danseurs noire et jaune. Le jury composé  de trois membres (issus de la Compagnie Mira et du Carré d’Art) l’avoua: “les premières équipes du classement étaient difficiles à départager et seuls les points techniques faisaient l’objet d’une réelle différenciation.” Ainsi peu importe le classement, nous pouvons être très fières d’elles, de ce travail de longue haleine, qu’elles auront dû réajuster sans relâche malgré les épreuves (avec les blessures d’Agathe et d’Eva). Bref, elles auront largement été à la hauteur. Revenons donc sur cet ultime moment.

 

7 minutes et 53 secondes, ni plus ni moins et la beauté vous envoûte. Si peu de temps pour creuser le vaste thème du choix. Le brio de Décadanse réside dans la structuration du thème selon  quatre dimensions: les intérêts, devoirs, opportunités et affects qui constituent l’environnement de l’humain. Délicates et précises, nos danseuses dominent l’espace avec une minutieuse attention pour leurs placements et déplacements.

Le point d’honneur réside  dans le jeu de regard, les sentiments de solitude ou de perte manifestent l’arrachement individuel et collectif face aux décisions qu’il faut prendre. Perçu par nos chorégraphes comme un arbitrage, le choix est observé avec tous les effets qu’il peut entraîner – de la déception au regret, en passant par le doute. Des états émotionnels au travers desquels le spectateur est transporté, voyage sensationnel cadencé par Reclaim et Near night (Olafur Arnalds), Dust it off (The Do) et Brest (Rone). L’association de ces différents genres musicaux permet de mouvoir les corps sur des rythmiques et des tonalités diverses, et ainsi de toucher à l’ensemble de la palette des affects liées au choix. Le tout est subtilement accordé par des transitions fluides entre les morceaux (merci Lisa pour le montage).

Merci pour ce cadeau, d’offrir la possibilité de se retrouver un peu soi-même, de nous rappeler à ces choix qui nous construisent pendant ces  années SciencePo. Vous l’écrivez “Pas à pas, les choix font de nous ce que nous sommes.”

G.L.

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *