Des Sans-Culottes survoll(t)ey

VOLLEY F – Les Sans-Culotte montent sur la deuxième marche du podium criteux, Paris s’est imposé 3 sets à 1 en finale. Elles peuvent être sacrément fières nos volleyeuses, parce-que waou quoi, le niveau: magique.

Est-ce que vous entendez souvent parler des volleyeuses qui perdent ? Nous non plus. Les fans de la première heure le savent, les spectateurs l’ont découvert, le niveau est haut, très haut.

Finale contre la capitale

3-1 pour Paris. Le match a duré deux heures, deux heures ! Les Sans-culottes jouaient largement au même niveau. Au deuxième set, l’équipe bordelaise met dix points d’écart à l’adversaire. Beau jeu, beaux matchs, belle cohésion. Pour Agathe, la capitaine, les filles ne sont pas seulement co-équipières mais potes, et ça se ressentait sur le terrain. Elles ont passé ces trois jours de Crit ensemble, dans la compétition comme dans les festivités.

L’équipe de bras pas cassés

Passeuse : Yseult, centrale : Amelie, Carlotta et Lou. Recep 4 : Nattalia, et Coline, Agathe, Juliette. Pointu : Clarisse (coeur), Emmie Amaya. Libero : Giulietta. Clarisse qui joue à tous les postes, Nattachatte et Capota qui vendent tout simplement du rêve sur le terrain, les services d’Amélie qui font des trous dans le sol et Giuletta élue miss meilleure libero de l’univers; popopoo scpobx ne perd pas un set jusqu’en demies.

Les Sans-Culottes ont joué en poule contre Saint Ger, Lille et Strasbourg. Le premier match, petite mise en bouche; Lille facile aussi. Les équipes adverses hyper sympas, victoires pliées à 15h. Samedi matin match contre Strasbourg, les joueuses sont plus inquiètes: aucune raison de l’avoir été. Elles sont on fire du matin au soir. En demies contre Grenoble, le jeu est plus intense. Supporters des deux côtés, les filles font un match magnifique, très organisées sur le terrain. Quand les grenobloises avaient appris que leur adversaire en demies serait Bordeaux, elles avaient crié leur certitude d’aller en finale. Donc la victoire aura eu un gout particulièrement savoureux. Ehehe.

Même si Agathe est revenue en béquilles sans savoir comment elle s’était blessée; même si Yseult s’est fait mal au genou en descendant de son lit superposé (les deux anectodes sont vraies), on peut tous chanter, sur l’air de la boiteuse:

“Quand les sans culottes s’en vont au crit […] Ah, on ne verra plus ne verra plus, Une sans culotte avec un si beau cul!”

N.T.

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *