La rentrée des (abdos) fessiers

CUISSES ABDOS FESSIERS- Le 27 septembre, nombreuses étaient les iep.iennes à la reprise du cours Cuisse Abdos Fessiers, motivées pour éliminer les excès de l’été ou pour préparer ceux de l’été 2019 – on hésite encore.

Tu te demandes pourquoi tu es en train de lire un article sur ce cours ? Eh bien parce que la rentrée, c’est dur pour tout le monde, et que se repérer parmi tous les sports, les AS, les sports notés… n’est pas évident. Alors jeune 1A comme moi, tu compatis, et vieil 3A ou 4A ne sursautes pas en lisant le titre, c’est du bonus LSD en quelque sorte, on n’oubliera jamais l’AS <3. Comme tu peux le constater, je n’avais pas spécialement saisi que le cours abdos fessiers n’était pas une AS ! Mais bon, des fessiers c’est toujours bon à regarder (ou à lire).

Ils étaient 37 élèves, toutes années confondues, à reprendre le sport ce jeudi 27 Septembre. Tous avaient choisi le cours « cuisses abdos fessiers », cours de renforcement (ou alors essai de musculation) musculaire de 1h. Parmi les 37 élèves, il n’y avait étonnement qu’un seul et unique représentant de la gente masculine. 

La professeure fait rapidement comprendre aux élèves que cette année il n’y aurait pas de pitié. Son corps parfaitement musclé, ses cuisses en béton, son dos tracé, font regretter aux élèves leur flemme de la semaine dernière concernant la s’adonner à de nouveaux sports, lors de la semaine d’essai.

À peine l’échauffement commencé, les problèmes de coordination apparaissent déjà. Certains élèves se perdent entre leur droite et leur gauche, tandis que d’autres visualisent difficilement comment la professeure fait pour avancer à la fois sa jambe gauche sur le côté tout en balançant son bras droit au-devant, le tout en chantant les musiques qui défilent sur la chaîne hifi. Certains visages commencent à rougir, les autres gardent tant bien que mal la face. 

La partie du cours axée sur les exercices de cuisse plonge les élèves dans des épreuves physiques et… douloureuses. Des éclats de rires retentissent un peu partout dans la salle et les premiers « J’en peux plus » apparaissent. Certains fixent d’un regard perplexe les cuisses imperturbables de la professeure de sport, assise depuis 5 minutes dans l’air. Ces exercices brûlent les cuisses des élèves et plongent petit à petit la salle dans une atmosphère digne des tropiques. La température déjà élevée vient ajouter de la difficulté aux exercices qui font bien suer les élèves. De plus, la professeure les taquine en leur faisant tenir quelques secondes de plus, ce à quoi les élèves protestent par des « oh nan » généralisés.

Arrive la partie du cours supposée muscler les abdos. Une fois allongés sur des tapis par trois (la crise se fait sentir ici) les élèves enchainent les exercices encouragés par la prof surmotivée. Elle arrive, discrètement derrière ceux qui n’en peuvent plus n’arrivent pas à faire correctement les exercices : la plupart du temps des grimaces crispent les visages des élèves après son passage. Les gémissements et rires sont nombreux, le tout dans une ambiance très décontractée. On entend des « j’y arrive pas », « pourquoi on a choisi ça » ou encore « je crois que j’ai jamais su contracter (les abdos) en fait ». 

Le cours de sport se déroule dans une atmosphère détendue malgré la sueur et la difficulté, grâce à une professeure motivante. La plupart en ressortent plutôt (totalement) fatiguée mais content d’avoir sué. 

La phrase du cours retenue est celle de Jeanne, 1A « Si j’ai pas le même corps que la prof à la fin, je tape un scandale ».

 

 

 

J.P 

 

 

 

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *