Le volley féminin ou la diaspora de la mafia italienne

Le volley féminin nous dévoile (enfin !) ses secrets

Coucou Bianca, tu es donc une des capitaines du volley féminin cette année. Comment se déroule ce début d’année ?

Cela se déroule très bien à ce qu’il parait. On a commencé les entrainements et on a vraiment une bonne ambiance au sein de l’équipe donc on espère avoir de bons résultats dans les matchs.

 

Avez-vous bizuté/intégré de manière formelle et informelle vos nouvelles recrues, de première année particulièrement ? Comment les trouves tu ? Molles ou déchainées, telle est la question…

La soirée d’intégration s’est déroulée dans une ambiance très cool où les nouvelles recrues ont su s’intégrer. On leur a d’ailleurs trouvé des surnoms « très sympas » comme Loubrifiant et FissureLéanale. Je ne donnerai pas leurs noms ici pour souci d’anonymat. Il faudra venir aux matchs pour les trouver. En plus les nouvelles ont très envie d’apprendre et de s’intégrer donc c’est plutôt cool.

 

Quelle est ton ambition cette année en tant que capitaine d’équipe ? Notamment par rapport au CRIT ? Comment motives-tu ton équipe ? Y-a-t-il des secrets à votre entrainement ? Le LSD veut tout savoir

Pour le CRIT je pense qu’on peut arriver sur le podium, il y a vraiment moyen, tout comme arriver en phase finale contre les équipes de l’université de Bordeaux.

 

Quels sont vos secrets pour tout casser en championnat ?

En fait c’est parce qu’on a une mafia italienne. (Une autre volleyeuse se rapproche discrètement, de le visage caché sous son maillot rouge et noir, pour nous faire cette confidence) On a trois italiennes. A chaque match elles kidnappent l’adversaire, elles lui font du chantage. Il faut pas se fier à leurs visages d’anges, en vérité elles sont très féroces.

 

Bon on connait le beau discours sur la pratique du sport, mais est-ce que vous ne faites que du sport ? Vous connaissez le SPOR ?

Ce soir on commence le véritable entrainement un peu plus festif et je te ferai un débrief croustillant, enfin si on s’en rappelle. C’est vraiment important pour nous de se voir en dehors pour créer une véritable cohésion.

 

Combien de fois, parce que trop déchainée, t’es-tu cassée ou fait une entorse lors des entrainements et matchs ?

Plusieurs fois, dont une en phase finale pour les qualifications en championnat de France, mais sur le coup je ne suis pas sortie du terrain, j’étais trop dans l’action, trop déchainée pour laisser tomber. Résultat j’ai eu le poignet tout gonflé et noir le lendemain, donc direction l’hôpital où on m’a entièrement plâtré le bras.

 

Votre devise ?

« Le volley c’est facile ». LOL.

 

J.P

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *