Pompoms et pimprenelle c’est terminé: place à Rocky

//POMPOM// Pompompom Pom (sur un air de Star Wars) voici la rentrée des Pompoms. Au programme, souffrance, féminisme, rage de vaincre et dojo à l’odeur de pieds.

Nos Pompom’ d’amour ont fait leur rentrée, nos deux reporters (beaugosses) sont partis à leur rencontre en terrain dangereux.

Arrivés au bout du campus, dans un dojo chaud et humide, l’accueil est plutôt glacial. A notre arrivée on tapote sur le carreau embué, une pompom s’approche toute guillerette (rien à voir avec l’épouse d’un certain Guy Roux) et nous lâche “eh tu dégages”.

Pour ne pas choquer nos lecteurs les plus sensibles, la rédaction a choisi de ne pas publier la suite de cet échange. Après moulte tractations, nous pénétrons montrant patte blanche grâce à nos attributs de reporters tous terrains (grâce à notre carte du LSD évidemment) au sein du royaume pompomesque.

Leggings et Sergent Hartman, dirigées par deux capi’ – Candella et Julie- à la discipline de fer, elles n’ont qu’un seul objectif : aller toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus fort. Portées par la philosophie d’olivier Mine, le crit sera leur seul objectif.

“N’hésitez pas à bouger les fesses” (une des capi’) NL/LSD

 

Et soudain, c’est le drame, une cheerleader perd le rythme, une capi s’énerve et lui fait un Uki otoshi, dojo oblige. Tout ça pour dire, les Pompom elles sont pas là pour déconner : sueur et travail acharné, voilà leur devise.

La capi Julie qui remet les points sur les “i” ;  “on n’est pas là pour déconner” nous confie-t-elle en aparté NL/LSD

 

La séance commence avec 1h de PPG (pas PomPom Girl hein) qui ferait passer les cuisses-abdos-fessiers pour du flan.
Contrairement à ce que pourrait penser certaines personnes aux qualités de réflexion limitées, à l’image de ce qu’a affirmé une 1A à l’une des capi’: les pompoms ce n’est point “des salopes qui remuent leur cul”.    Apompominable!

Volonté féministe et rage de prendre leur revanche sur le Crit 2k18, la team de nos 10 cheerleaders est prête à tout démonter. Leur principal allié, la Banda, groupement divin qui reprend les plus grands chefs d’œuvre de notre répertoire musical. Avec elles, le drapeau rouge et noir triomphera sur tous les terrains, peu importe les dangers, elles combattront sans répit et un jour seront les meilleures cheerleaders.

Réflexions intenses sur la séance de PPG de la semaine suivante

 

Niveau ambiance, c’est la famille, elles ne pensent pas qu’à leur pom’. Enfin, elles se disent prêtes à toute pratique avec les autres équipes, sous forme de partenariat bien sûr. Il y a déjà Brendan le capi’ des rugbymen (aka Brendan) qui faisait partie de la sélection de l’équipe et leurs chères leaders. Mais tout le monde sait très bien qu’au-delà de l’entraînement il faut savoir allier sueur et éthanol pour le Crit.

N.L & Blaise

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *