La potion magique des MPMS.

Nous sommes en 2018 après J-C (non je ne parle pas de Jean-Claude ton voisin de 80 ans qui se balade en peignoir un peu trop ouvert toute la journée); tous les terrains sont occupés par les féroces adversaires : Kedge et d’Agro … (Avouez on les voit bien en sandales romaines et tuniques vertes). Tous ? Non ! Car une équipe peuplée d’irréductibles MPMS résiste encore et toujours à l’envahisseur. Et la vie n’est pas facile pour les garnisons de rugbywomen kedgiennes et Agroiennes… (Agrolistes?…Nan, Agroliques ? Oh et puis Verdammt!) sur les terrains retranchés de B.E.C. ( Là c’est le moment où je me prends la tête pour trouver une façon de caler  Babaorum, Aquarium, Laudanum et Petibonum dans l’article …) Nous sommes en 2018 après J-C (non je ne parle pas de Jean-Claude ton voisin de 80 ans qui se balade en peignoir un peu trop ouvert toute la journée); tous les terrains sont occupés par les féroces adversaires : Kedge et d’Agro … (Avouez on les voit bien en sandales romaines et tuniques vertes). Tous ? Non ! Car une équipe peuplée d’irréductibles MPMS résiste encore et toujours à l’envahisseur. Et la vie n’est pas facile pour les garnisons de rugbywomen kedgiennes et Agroiennes… (Agrolistes?…Nan, Agroliques ? Oh et puis Verdammt!) sur les terrains retranchés de B.E.C. ( Là c’est le moment où je me prends la tête pour trouver une façon de caler  Babaorum, Aquarium, Laudanum et Petibonum dans l’article …)  Trois matches doivent sceller le destin de nos héroïnes en chaussettes hautes et en maillots noirs mais l’alléchante victoire ne sera pas si facile. Pour se donner du courage certaines hurlent, d’autres s’échauffent…
Le grand Manitou Jaffou, lui, motive ses troupes  à coup de grands hurlements  qui viennent du plus profond de ses entrailles. Décidément, la tension est à son comble. Les MPMS, puissantes Obélix dans l’âme, chargent l’ennemi
sans avoir recours à la potion magique. (Pas de blague beauf ? Je progresse!) Elle sera plus utile post match pour soigner les blessures et surtout pour célébrer la victoire.  Nos infatigables guerrières ont réussi à saisir la victoire à une main (L’autre étant fermement accrochée à une bonne pinte de cervoise). Résultat des courses : deux matchs sur trois remportés et la Gaulle est de nouveaux libre ! (Il va falloir que je me calme parce qu’on bascule très vite dans le nationalisme peu informé là).  Finalement, nos insoumises préférées ont pu se délecter d’un succulent banquet : sangliers rôtis et cervoise à volonté pour sceller une belle journée.  S.C

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *