On dirait qu’ça t’gêne de marcher dans la boue

100 000 Bolt – Championnat de France de cross oblige, l’AS athlé s’est rendu dans le Loire-et-Cher. Un voyage validé par la street, fort en chocolat et en émotions. Récit.

Il est 14h à l’IEP, lorsque les capitaines distribuent leurs bons conseils avant le départ fatidique pour Blois, terre de tous les dangers. “Pensez à bien faire pipi avant de partir” mais surtout “Pensez à faire n’importe quoi, parce qu’on a un article à écrire pour le LSD et il nous faut des trucs à raconter “. 200km plus tard, en prenant la bonne autoroute dans LE MAUVAIS SENS, Flashas s’illustrera par son scrupuleux respect des consignes du brefing de début de voyage.

Un détour de 60km pour le plaisir mais surtout pour l’ambiance qui fera encore parler de lui longtemps. Trois pauses plus tard, pour alimenter le compte Insta de l’équipe à base de photo autour d’un paquet de Ficello, l’équipe arrivait enfin à Blois et déjà, s’attaquait aux choses sérieuses: la reconnaissance du parcours LE FLUNCH.

Au menu, autant d’assiettes de frites que de grandes boucles à avaler le lendemain. Un régal qui se terminait quelques heures plus tard par un dessert fort en agrumes, fourni par Vianney, primeur officiel de l’équipe depuis la dernière soirée des 100 000 BOLT placée sous le thème de l’alcool, des fruits, et des légumes.

Place au jour 1, celui qu’on retient

Il est 8h15, le lendemain quand l’équipe s’éveille enclenche pour la première fois de la journée le bouton Snooze afin de s’accorder un répis supplémentaire avant d’attaquer la gadoue.

Après un petit dej express entre confiture, carottes et taboulé, les courses pouvaient enfin commencer. Chez les filles, une superbe course d’équipe avec Azais, Marine et Inès qui eûrent l’immense mérite de répondre au téléphone pendant l’intégralité de la course. Recevoir des “Bravo titi” de sa maman par sms, ça se mérites les jeunes, pensez-y.

Chez les garçons en revanche, sur la ligne de départ les pensées de Flashas n’allaient pas vers celle qui le mis au monde mais plutôt vers la promesse de la longue liste de numéros de téléphone qu’il allait acquérir en prenant la tête de la course après 200m. Pour des raisons évidentes de déontologie, nous tiendrons le récit de sa course à cette stricte anecdote. Ce qui se passe après le sport ne nous REGARDE PAS. Magnifiée par Noé, Antoine et Vianney (Mais t’es où?), l’équipe masculine terminera finalement la course à des places plus qu’honorables, remportant au passage le prix de l’ambiance. Sur le retour: limbos, paquitos et sono à fond portes ouvertes à la station service. Un beau finish qui aura valu à nos athlètes délicieux l’attention des passants. .A.C

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *