La Débandade, plus qu’une banda : un mode de vie

//Banda// Entre raclette, musiciens allumés et coupe budgétaire, le quotidien de la Banda n’est pas un long fleuve tranquille – confidence de quelques-uns d’entre eux ainsi que Paulin un des capi’ (eh ouais on balance les noms)

Jouer à la Banda, ça implique un très grande responsabilité, c’est la team qui vient supporter toute une équipe sportive dans la torpeur du froid hivernal ou dans l’odeur d’un gymnase peu ou pas aéré… Rencontre avec un sport un peu particulier, puisqu’ils mettent l’ambiance (ou sont censés tout du moins): ce soir dans confessions intimes nous sommes allés au plus près de la trépidante et intrépide Banda.

ça crache dans les cuivres, NL/LSD

Pas de surnoms encore, ils restent un secret impénétrable en attendant les maillots. Aucune AS ne les a eu en même temps, sauf les pompoms qui doivent un fournisseur secret particulier pour leur équipement et les basketteurs qui cheap-itude oblige note leur numéro au marqueur sur des maillots flanqués Nouvelle-Aquitaine…

En ce qui concerne les soirées, soit 75% de l’activité de la banda, le reste étant partagé entre répet’ et participations aux matchs, tout en sachant qu’ils font beaucoup de matchs…. la banda organise moult raclettes qui sont le lieu de Blind tests déjà culte en revisitant les plus grands classiques de notre répertoire des summers hits; j’ai nommé colonel Reyel #Aurélie et QueenV #Valérie (ça aime beaucoup les prénoms des gentes dames…). L’un d’eux glisse à propos que l’une des capis fait des cocktails à base de tomate mais que leur qualité gustatuve laisse largement à désirer #oncréedesconflitsdiplomatiques

“La Banda c’est faire fasse à toutes les situations” nous affirme le capi, jouer dans le tram après une prestation à l’UBB en autres, en démontre la photo ci-contre, où faute de percu, il faut se contenter du matériel à disposition sur place #méthodeD.

Juliette preuve vivante du manque de moyen à la Banda NL/LSD

Même si aucun potin croustillant ne nous a été livré, la boulette d’or est attribuée à un 1A ayant déclaré
à propos d’une de ses camarades: “Elle est horrible !” et ça devant le copain de cette dernière, chapeau bas!

La résistance à la grenadine n’est pas toujours parfaite et certains membres sont toujours en train de tester leur degré de résistance aux breuvages, ainsi le soir de la soirée annonce du CRIT un des musiciens cherchait durant l’amphi du lendemain sa percu qu’il avait oublié quelque part pour la seconde fois de la saison!

Certains musiciens regrettent tout de même un capi sadomaso à l’audition de la moindre fausse note, n’hésitant pas se transformer en super Sayen si un fa dièse se transforme en ré mineur (ça se comprend aisément, comment peut-on suivre dans la chorale cristalline des supporters?). Néanmoins, il connaitrait les meilleurs kébabs de Bordeaux et son excellence dans les pâtes au pesto (vert on espère).
Si vous les cherchez, ils seront au bord d’un terrain, mais plus probablement en apéro chez l’un d’eux avec ou sans raclette…

N.L

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *