Champions du monde!

Les volleygendaires finissent cette saison en beauté avec une 2ème place au championnat des grandes écoles, après avoir remporté la 1ère place lors du CRIT. Tout prêt de la victoire, ils se seront battus jusqu’au bout avec un score final de 3-2 pour les Parisiens. En revue pour vous la finale du championnat des grandes écoles et la saison de nos volleygendaires dans une interview avec le capitaine de l’équipe Gabriele!

Après avoir remporté le premier et le troisième set, les volleygendaires sont très proche de la victoire avec deux balles de match lors du 4ème set, où ce sont les Parisiens qui finalement mettront le point décisif avant de remporter le match.

Heureusement, aucun blessé lors de ce match, mais plusieurs joueurs traînent avec eux depuis longtemps des séquelles d’anciennes blessures. Victor a eu un problème sérieux à la cheville la veille du match de barrage, ce qui l’a sûrement obligé à jouer modérément nous informe Gabriele.

 

Y avait-il une équipe qui menait le jeu ?

C’était un vrai duel, mais on est revenu plusieurs fois et ça a été la clé du succès lors du premier et troisième set.

 

Quels étaient vos sentiments le long match ?

Personnellement j’étais très chaud et concentré, j’ai toujours eu confiance en mon équipe. On était les meilleurs, il fallait seulement trouver suffisamment d’énergie pour remporter le match.

 

Quelles étaient vos conditions de jeu ?

On revenait du Crit et d’un voyage très long et fatiguant en minibus, elles n’étaient donc pas des meilleures. Avoir joué le barrage (= match qui départage deux équipes) pour la demi-finale, 3ème match du jeudi, nous a beaucoup fatigué aussi…

 

Quels étaient vos atouts lors de ce match ?

Le collectif ça a été la force de notre groupe. Six titulaires qui ont tout donné selon leurs qualités et possibilités.

 

Comment as-tu perçu les Parisiens ? Quelle était leur dynamique ?

Ils étaient un bon groupe de joueurs, mais pas vraiment une équipe. Nous étions vraiment des amis qui jouaient pour atteindre l’objectif dont nous rêvions depuis le début de l’année.

Ils étaient concentrés et très bien organisés en défense, mais je n’ai pas ressenti l’esprit d’équipe.

 

Si tu qualifiais le match en quelques mots, lesquels seraient-ils ?

Une grande opportunité qu’on a manquée de peu, mais on a tout donné et je suis fier de notre parcours.

 

2ème des championnats de France des Grandes Écoles, champion du CRIT, quel est ton premier sentiment ?

Orgueil. Content et orgueilleux de terminer mon expérience à SciencesPo avec deux magnifiques résultats.

 

Quels ont été les moments les plus difficiles durant cette saison ? Et les plus beaux, les plus forts ?

Les moments les plus difficiles ont été le match qu’on a perdu à Toulouse, le seul qu’on a perdu avec la finale au Championnat de France, et un match terrible face à l’INP en grandes écoles où on a fait tout sauf jouer au volley ! (rire)

Le moment le plus beau était la victoire du Crit. Sentir la chaleur de toute la délèg’ et aussi le soutien des autres IEP, c’était magique. Mais aussi les voyages en bus et minibus avec l’équipe, des moments que je garderai toujours dans mon cœur.

 

Un mot qui qualifie l’équipe de cette année ?

Détermination.

 

Un mot de la fin ?

Je veux remercier publiquement l’Association Sportive, Samuel Legrand et les supporteurs, mais surtout mon équipe qui m’a toujours soutenu, qui s’est engagée à fond et qui a mérité d’obtenir ces résultats incroyables.

Pour toujours : VINCERE E VINCEREMO!

E.V

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *