La Mascotte – “Le visage de l’AS”

Interview Exclusive de TEKA alias la mascotte de Sciences Po Bordeaux alias « Jojo la Mascotte ». Entre rôle fondamental pour la cohésion des équipes (aussi du CRIT) et premier supporter de l’IEP, la mascotte nous livrera son quotidien et ses plus grands secrets.

Quel est le rôle de la Mascotte au sein de l’IEP ?

La mascotte appartient directement à l’AS de Sciences Po Bordeaux. Cela fait 2 ans que le léopard rouge et noir a remplacé la grappe de raisin. En réalité, il y a même 2 léopards : un mâle et une femelle. L’un est dédié aux rencontres sportives, et l’autre à des évènements plus … académiques. La mascotte est donc présente aux soirées de l’AS (celle du 5 décembre !), au CRIT et à tous les matchs du mois depuis le début de l’année. L’idée est d’être en collaboration constante avec la Banda et les PomPom. Elle est là pour apporter de la bonne ambiance, de l’envie de gagner en maximisant la cohésion, à l’intérieur et entre les équipes de l’IEP. Bien que la festivité soit le premier mot d’ordre, le fair-play par rapport à l’adversaire est aussi l’un des enjeux de la mascotte.

Quels sont les recrutements et entrainements nécessaires pour un athlète aussi remarquable ?

« Le recrutement se fait chaque année sur CV. Pour ma part, j’avais déjà eu la chance de porter la mascotte lorsque j’étais en 1ere année, donc ce n’est… …que du plaisir que de continuer à faire ça aujourd’hui. » Pour ce qui est de l’entrainement, Téka nous confie qu’il n’y a pas de charges particulières, pas d’entraînements 3x par semaine. La seule prérogative est une préparation mentale à l’approche des évènements, pour soutenir les athlètes même dans la défaite…, et bien sûr supporter la chaleur.

Plutôt première ou troisième mi-temps ?

«… y’a pas de bonne réponse, il faut être présent tout le temps. Incarner la mascotte c’est différent que d’être joueur car il n’y a pas d’entraînements réguliers…. par exemple. Mais avant chaque confrontation j’écoute de la musique pour me mettre dans ma bulle et me sentir prêt dès le coup d’envoi ! » Quant à la troisième mi-temps, les témoignages restent bien vagues…

Le léopard de l’AS dans sa savane natale. Crédits photo/Déclic/LSD

Une histoire derrière « JOJO la Mascotte » ?

En toute franchise, c’est pas un surnom qui rivalise avec les pépites dénichées par l’AS chaque année, mais il a quand même une histoire… …incomparable. « JOJO » vient du légendaire… Joël Monlezun : professeur de sport à l’IEP qui s’est largement impliqué dans la création du CRIT. Petite anecdote : « je possédais un maillot dédié spécialement à la mascotte mais je l’ai perdu… probablement au CRIT il y a 2 ans ».

Justement, parlons de la confrontation au CRIT à Strasbourg en 2018 ?

« Nous venions d’arriver à Strasbourg le vendredi après-midi, il était aux alentours de 15h… J’étais en train de discuter avec 2 Rennaises lorsque 5 Aixois sont arrivés, m’ont neutralisé et sont repartis avec la tête de la mascotte. Une valeur symbolique forte, vous vous doutez bien, mais aussi un coût de 300€ juste pour cette partie du costume. Nous avons passé le week-end à essayer de la récupérer… en vain. Les mois passèrent et nous envoyâmes un escadron pour Aix-en-Provence à la recherche de la précieuse. Nous attendons toujours de la retrouver. »

Un message à adresser aux Bordelais qui iront cette année ?

« Cette année le CRIT étant à Aix, la vengeance s’opèrera sur le terrain. Je compte sur les équipes pour nous faire vibrer (une pensée aux GR, au handball F, à la pétanque). En 2020, le CRIT sera bordelais ; en 2021 la coupe restera à la maison ! »

M.J.

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *