Devenir Pompom : c’est pas de la tarte !

POMPOMS – Tous les mardis et vendredis, la salle de fitness du CREPS laisse place aux pompoms de l’IEP. Leur renommée n’est plus à faire auprès des supporters, et ce grâce à une sélection particulièrement rude et à un entraînement acharné. On vous dit tout.

Vendredi 22 novembre, 14h. Pluie diluvienne. Tout semble calme, mais pas au CREPS : c’est là qu’on a retrouvé l’équipe des Pompoms de Sciences Po, que la pluie n’a pas arrêtée. En effet, en rentrant dans la salle, le calme du dehors laisse place à la tempête, une tempête de sex appeal. C’est par des envolées de crinières et des balancements de hanches effrénés que l’entraînement commence. Nos pompoms bordelaises mettent déjà le feu à la piste mais ont une ambition plus grande: conquérir non seulement Bordeaux mais le Crit tout entier. Dans cet article, nous vous révélons tous les secrets d’un entraînement haut (et hot) en couleur et comment devenir une pompom : pas si facile.

Un entraînement fréquenté uniquement par les meilleures

C’est deux fois par semaine que se rassemblent nos talentueuses cheerleaders. Si leur grâce et leur déhanché semblent innés, il sont cependant le fruit de répétitions intenses mais surtout d’une rude sélection. En deux sessions seulement, les capitaines de l’équipe, à l’oeil aiguisé par leurs nombreuses années d’expérience, sont parvenues à sélectionner les meilleures. Gainage, abdos, forme physique, souplesse, danse et même improvisation : les douze candidates sont triées sur le volet. Ont été recrutées quatre premières années, quatre 3A et autant de 4A : un équilibre parfait pour une équipe du tonnerre. C’est le coup de foudre. Mais les capis ne s’arrêtent pas là car en effet, une deuxième sélection se tiendra en décembre. Son objectif : recruter six garçons surmotivés. Attention les places sont chères, les garçons comme les filles devront se battre pour intégrer l’équipe.

De l’entraînement au Crit

Si les pompoms embrasent nos coeurs de sciences pistes lors des matchs du mois, c’est le Crit qu’elles ont pourtant en tête. Avec l’aide bienveillante mais pointilleuse de coach Clémentine, professeur de danse, l’équipe prépare de quoi “run the world” à Aix. Elles comptent bien revenir à Bordeaux avec la fameuse amphore. Pour cela, elles ont réalisé elles-mêmes leurs chorégraphies et sont prêtes à tout pour ramener la coupe à la maison. GO BORDEAUX !

A.B. et R.V.

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *