#Prankçatournemal

BASKET – C’est à non pas un mais deux matchs des Garonne State Warriors que nous avons assisté. Désireuses d’en apprendre plus sur ce sport qui nous était jusqu’alors inconnu, nous vous présentons une enquête exclusive sur cette team de warriors (ou presque).

Depuis le début de la saison, nos basketteurs de Sciences Po affrontent tour à tour les équipes universitaires les plus prestigieuses : ils remportaient la victoire contre les ingénieurs de l’ENSAM le 18 novembre puis faisaient face à nos rivaux de Kedge lors d’une rencontre épique. En tant que reporters les plus expérimentées du journal (avec déjà deux articles à notre actif) nous avons suivi les faits et gestes des Garonne State Warriors lors de ces deux semaines de compétition.

Tout allait bien…

“Le jeu est beau, ils se placent super bien et l’action est belle”, tels sont les mots utilisés par Justine, basketteuse elle-même, venue encourager la team masculine face aux joueurs des Arts et Métiers. En effet, c’est sans trop de difficultés que les GSW s’illustrent sur le terrain face à l’équipe adverse, qui confirme sa réputation de “dégueulasse” comme l’a si bien décrite un des joueurs de l’équipe. Plutôt satisfaits de leur jeu, les capitaines nous vendent encore du rêve en nous promettant un match intense et, ils l’espèrent, une victoire contre Kedge la semaine suivante.

#Rienn’estOK(edge)

Il ne nous en a pas fallu plus pour courir à la rencontre tant attendue. Désormais férues de basket, nous ne sommes pas déçues du match : vif, plein d’actions mais aussi de tensions. Ce second affrontement est primordial puisqu’il constitue la porte d’accès à la suite de la compétiton Inter grandes écoles, les joueurs des deux camps sont donc plus motivés que jamais. Sciences Po mène le jeu avec brio pendant toute la durée du match et semble toucher la victoire lorsque, coup de théâtre, un des joueurs de l’équipe adverse marque un panier à la dernière seconde, permettant ainsi d’égaliser les scores. Cinq minutes de prolongations sont annoncées, laps de temps dont l’équipe profiite pour remporter la victoire. Nos joueurs, malgré une déception évidente, peuvent quitter le terrain la tête haute, fiers de leur beau jeu et du calme de leur arbitre (chose qu’on ne peut pas dire de l’autre côté du terrain). Quant à nous, nous souhaitons à la team de l’IEP de contiuer à faire un maximum de sale.

Échec et match ! Crédits photo/PB/LSD

A.B. et R.V. 

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *