The Lord of Volleyball : The Return of the Kings

VOLLEY M – Samedi 25 janvier : à l’instar de nos camarades sciencepistes en pleine mission séduction aux portes ouvertes pour faire découvrir l’IEP aux jeunes lycéens, les Volleygendaires ont fait découvrir le volley à nos amis toulousains. Victoire 2 sets à 0 et un nouveau Pré-CRIT en poche !

Ah le pré-CRIT… L’occasion pour chaque IEP d’affronter son voisin dans des derbies explosifs en attendant le endgame de toutes les compétions. En effet, le Pré-CRIT précède (attention suspens)… le CRIT. Bah ouais. Logique. Et comme vous le savez, le concurrent direct de Bordeaux, c’est Toulouse. Bon, question rivalité, on a vu mieux étant donné les résultats à Paris l’année dernière pour le volley masculin : Bordeaux premier, Toulouse dernier. Alors, la ville rose a-t-elle réussi à se rendre moins ridicule au Pré-CRIT ? Spoiler : non.


Il faut dire que les toulousains avaient de quoi s’inquiéter. 14H40 : ce n’est même pas le début du match et voilà que se ramènent au COSEC la Banda, les Pompoms, les ultras, 400 supporters et même le directeur. Forcément, avec une telle pression, il est difficile de ne pas avoir peur. Certains essaieront de fuir, d’autres simuleront un malaise devant les secouristes du PCSI se plaignant d’avoir la crève à cause du manque de chauffage chez les bordelais qui les hébergeaient (wink wink).. Sans succès. Le match commence. Alea Jacta Est.

“Au moins, les parisiens étaient humains”

Dès les cinq premières minutes, ça commence à être aussi déséquilibré qu’une rencontre entre une équipe de L1 et une autre de CFA (mis à part quand un des deux clubs s’appelle l’OM). Premier ballon et Isac Lorraine fait trembler la Garonne avec son smash. Ensuite, Nathank enchaîne en envoyant un missile détruire la défense adverse. La boucherie se termine assez rapidement. Les Volleygendaires remportent leur premier set 25-13. Au loin, un toulousain exprime sa souffrance : “Au moins, les parisiens étaient humains”. Miskine.

“Ken Aubin sort son sabre laser…”

Mais ce n’est pas encore fini, il reste un deuxième set. Par bonté d’âme et surtout par pitié, on laissa Toulouse marquer les deux premiers points. Malgré ce geste chevaleresque, Bordeaux reprend rapidement l’avantage. Ken Aubin sort son sabre laser et ouvre une brèche afin que Le Moineau puisse prendre son envol et piquer les saucisses toulousaines. 17, 18, 19… Au final les volleygendaires gagnent 25-20 et noircissent une nouvelle fois le bilan sportif de la ville rose. Quant aux Sans-Culottes, elles ont également éliminé leurs adversaires en deux sets. Sans aucun doute, le CRIT est à nous ! Bravo au volley !

Y.A.

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *